Sortie Orchidées du 28 avril 2019

Cette sortie organisée par Jean Christophe Blanchard et Brigitte Vignot s’est déroulée sur le plateau calcaire affleurant des côtes de Castillon (Gironde). Un remerciement aux propriétaires des deux châteaux qui ont accepté d’ ouvrir leur domaine à des fins de prospection d’orchidées sauvages.

Jean Christophe Blanchard nous a guidé avec passion, patiente et bienveillance sur ces sites, riches d’une quinzaine d’espèces, dont certaines en grand nombre.

Anacamptis laxiflora : Orchis à fleurs lâches.

  • fleurs espacées rouge violet, réparties le long de la tige formant un épi floral lâche (d’où son nom).
  • 50 à 60 cm de hauteur,
  • lobes latéraux rabattus plus longs que le lobe médian,
  • labelle fortement plié avec une partie central d’un blanc pur contrastant avec la couleur du reste de la fleur,
  • prés humides à marécageux, ensoleillés.

Anacamptis pyramidalis : Orchis pyramidal.

  • de 20 à 60 cm, jusqu’à 80 cm,
  • épi floral de forme nettement pyramidal formé d’une multitude de petites fleurs serrées d’un rose soutenu, rose clair à pourpre, rarement blanches,
  • labelle nettement trilobé avec deux crêtes saillantes à la base,
  • la base du labelle forme un éperon filiforme d’environ 1 cm.

Anacamptis pyramidalis

Limodorum abortivum : Limodore à feuilles avortées.

  • plante robuste jusqu’à 80 cm, ressemblant à une tige d’asperge,
  • tige bleu violacé,
  • feuilles en forme d’écailles non développées (avortées),
  • plante saprophyte comme la Neottia nidus avis (Neottie nid d’oiseau), vivant sans chlorophylle, en symbiose avec un champignon souterrain,
  • sur terrain calcair dans des endroits chauds et secs.

Limodorum abortivum 2

Neottia ovata : Listera ovata, Ophrys ovata, Listère à grande feuille ; grande Listère.

  • tige et fleurs entièrement vertes ce qui la rend difficile à découvrir,
  • jusqu’à 60 cm
  • à mi hauteur se trouve une paire de grandes feuilles ovales (d’où son nom) et opposées,
  • l’inflorescence est un épi lâche de petites fleurs verdâtres aux sépales et pétales connivents,
  • le labelle est allongé, bilobé.
  • mi-ombre, en lisière.

Neottia ovata

Ophrys aranifera  : O.sphegodes ; O. araignée.

  • 15 à 30 cm,
  • 2 petits pétales latéraux verdâtres,
  • 3 cépales verts,
  • labelle brun, trilobé, d’aspect velouté avec une macule bleutée en forme de H (d’où sa ressemblance avec l’abdomen d’une araignée),
  • de chaque côté du champ basal se trouvent deux petits nectaires (pseudo-yeux) à l’aspect globuleux et à coloration jaune.

Ophrys insectifera : O. muscifera ; O. mouche.

  • petites fleurs à l’apparence de mouche sombre, sur une tige élancée,
  • sépales verts avec une nervure plus foncée,
  • pétales pourpres formant des pseudo-antennes (unique chez les Ophrys),
  • labelle brun noir, trilobé avec un lobe central bifide,
  • macule brun bleu au centre,
  • loges polliniques rougeâtres,
  • sur pelouses sèches, talus, lisière de chênaies.

Ophrys scolopax : O. bécasse.

  • de profil, peut faire penser à la tête et au bec d’une bécasse (!),
  • plante moyenne de 20 à 50 cm,
  • labelle allongé, trilobé, avec des bords latéraux nettement rabattus, à forte gibbosités,
  • appendice du lobe médian du labelle verdâtre (entier ou trilobé), relevé vers l’avant.

Ophrys scolopax

Il existe une forme hypochrome aux sépales blancs :

Ophrys scolopax (sépales blancs)

Ophrys sulcata : O. fusca, O. brun, O. sillonné.

  • caractérisé par la présence d’un sillon longitudinal bien marqué jusqu’au lobe central,
  • labelle séparé des lobes latéraux par une dépression bien visible,
  • lunules larges colorées de bleuâtre à rougeâtre.

Ophrys sulcata

Orchis militaris  : O. guerrier, O. casqué, casque militaire.

  • plante robuste de 20 à 50 cm,
  • caractérisé par la blancheur de son « casque » formé par les pétales et sépales,
  • labelle trilobé, anthropomorphique (corps, bras, jambes), au centre clair avec des ponctuations pourpres parsemées de touffes de poils,
  • appelé « lo jau » (le coq) en occitan.

Orchis militaris 4

Orchis purpurea : O. pourpre, « pentecôte ».

  • plante robuste (80 cm), commune,
  • inflorescence en épi de 25 à 100 fleurs,
  • fleurs pourpres à violacées dont le labelle évoque les bras et la robe d’une femme,
  • casque brun rouge fortement veiné, ce qui contraste avec le labelle clair mais ponctué de pourpre et parsemé de petites touffes de poils.

Orchis purpurea

Orchis x hybrida (O. militaris x O. purpurea),

Orchis x hybride (O.militaris x O. purpurea)

Neotinea ustulata, Orchis ustulata : orchis brûlé.

  • taille plus petite que les autres orchis,
  • petites fleurs très denses,
  • tâche noire (brulée) formée par les casques des fleurs non encore écloses au sommet de l’épi,
  • labelle blanc ponctué de tâches rouges,
  • appelée « la pola »(la poule) en occitan par opposition à l’Orchis militaris (le coq).

Orchis x hybride (O.militaris x O. purpurea).JPG

Pour finir : Serapias lingua : serapias langue.

  • petite plante de 10 à 35 cm,
  • casque strié de pourpre,
  • labelle en forme de langue, peu poilu, long et étroit,
  • callosité à la base du labelle,
  • espèce tolérante : prairies mésophiles, bords de route frais, pelouses de coteaux semi-arides
  • fréquent.

Serapias lingua

Un grand merci à Jean Christophe, notre excellent guide naturaliste et à Brigitte pour son invitation à participer à cette sortie.

P1010130

Bibliographie : A la découverte des orchidées sauvages d’Aquitaine, JOUANDOUET, F., 2004. Collection Parthénope, éditions Biotope, Mèze (France).

Modération : Jacques Guinberteau et Jean Christophe Blanchard.

JB.  avril 2019


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s